Coach ou pas coach, conseils, suggestions ou uniquement questions ?

Coach ou pas coach, conseils, suggestions ou uniquement questions ?

Cet article m’est inspiré par un épisode du podcast de ma consœur mais néanmoins amie Nadège.


Vous savez, celle qui m’a interviewée la semaine dernière 😉.

Elle y parle de la position du coach qui ne doit jamais, au grand jamais donner des conseils à ses client(e)s.

C’est ce que j’avais aussi entendu dans mes formations de coaching et c’est ce qui déjà me dérangeait.

 

Comme il était pour moi impossible d’envisager de ne pas faire profiter mes clientes de mes expériences,

Impossible de ne pas leur faire gagner du temps en leur proposant des solutions (libre à elles de ne pas les utiliser).

Impossible de ne pas partager avec elles mes outils, mes bonnes infos, …

J’avais décidé de ne pas me faire appeler « coach » mais juste consultante.

 

Mais mes clientes ont été de plus en plus nombreuses à utiliser ce mot pour me nommer.

 

J’ai résisté, un peu, puis je me suis posé la question de la définition du mot coaching.

 

D’un côté c’est « un accompagnement personnalisé cherchant à améliorer les compétences et la performance d’un individu, grâce à l’amélioration des connaissances, l’optimisation des processus et des méthodes d’organisation et de contrôle ».

« Un accompagnement d’une personne dans l’accomplissement et la réussite de ses projets ».

 

Et du côté sportif, il s’agit d’un « entraîneur qui aide l’athlète à progresser tout au long de son cheminement. Il l’aide à préparer ses compétitions par la construction d’entraînements adaptés. Il lui offre son soutien et le guide par son expérience ».

 

Et finalement je me retrouve bien dans toutes ces définitions où il est bien question de partage d’expérience, de soutien, d’amélioration des compétences, d’optimisation des processus…

 

  • Quand une cliente me demande ce qu’elle doit faire dans telle situation, je la questionne sur ses ressentis, ses envies, … et elle trouve elle-même la réponse.

Je suis à ce moment-là dans la ligne droite de la posture des écoles françaises de coaching.

 

  • Quand une cliente me dit qu’elle a tout ce qu’il faut pour commencer à vendre MAIS qu’il faut d’abord qu’elle finisse son site Internet, je lui pose des questions (plutôt humoristiques) pour lui faire réaliser la peur qui se cache derrière son inaction.

MAIS je lui fais aussi fixer des objectifs et réaliser un plan d’actions pour les atteindre.

Je suis à ce moment-là plutôt comme un entraîneur sportif qui construit avec son athlète un programme d’entraînement ambitieux.

 

  • Quand une cliente me demande comment faire pour informer qu’elle ouvre de nouveaux ateliers, je lui parle de mon auto-répondeur favori et je lui montre comment l’utiliser.

Je la fais ainsi monter en compétences en partageant avec elle mes connaissances.

Je suis donc toujours dans une des définitions précédentes du coaching.

 

Donc mon positionnement est clair, je prends toutes les casquettes et postures utiles au développement et à la réussite de mes clientes.

 

Alors que ça s’appelle coaching ou pas, que ce soit dans la ligne droite du parti (prit des écoles françaises), je m’en moque finalement.

 

Seuls les résultats et la réussite de mes clientes comptent !!

 Et pour vous, coach, pas coach ? Le titre de votre accompagnatrice a-t’il de l’importance ?

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *