Qualité de vie au travail (QVT pour les intimes), est-ce qu’on avance vraiment ?

Qualité de vie au travail (QVT pour les intimes), est-ce qu’on avance vraiment ?

Il y a quelques jours j’ai lu un post sur LinkedIn qui m’a interpellée. Relayé par une CHO (Chief Happiness Manager).

On y proposait diverses solutions pour le bien-être au travail des salariés, la QVT (Qualité de Vie au Travail), le mal du siècle 😉 :

 

  • Un casque pour réduire le bruit dans les open-spaces !!

Mon sang n’a fait qu’un tour. Ne vaudrait-il pas mieux revenir aux petits bureaux, partagés par peu de personnes travaillant sur le même univers et ayant besoin de partager et échanger des informations plutôt que de parquer les gens sur des plateaux immenses où tout le monde parle de tout, dérange les autres et où il a été prouvé que la productivité était moindre ?

On verrait peut-être ainsi revenir une communication de proximité, humaine, passant par les échanges verbaux directs plutôt que par des mails qui, avec le « répondre à tous », assurent la ceinture et les bretelles mais encombrent les boites mails😉

Pourquoi s’enferrer dans des situations inadéquates et proposer des solutions qui vont poser d’autres problèmes ? Pourquoi ne pas reconnaitre ses erreurs au lieu de faire une surenchère d’idées plus inconfortables les unes que les autres.

 

  • Une application interactive pour relaxer le cerveau des salariés !

Mais si on ne le surchargeait pas de travail, si on ne leur faisait pas perdre de temps dans des réunions stériles, si on leur permettait de déconnecter et surtout si on ne leur fixait pas des objectifs inatteignables, leurs cerveaux ne seraient peut-être pas en surchauffe

 

  • Des conseils nutrition : Manger des fibres pour être moins fatigués…

Peut-être que si les salariés n’étaient pas obligés d’assister à des réunions tard le soir, ils seraient moins fatigués ?

Peut-être que si le télétravail était plus répandu, la fatigue engendrée par les temps de transport serait moins présente ?

Ne serait-ce pas de meilleures solutions que de s’ingérer dans l’alimentation de ses salariés ?

 

Dans les centaines de personnes que j’ai rencontrées et accompagnées depuis 12 ans, ce ne sont pas des massages, des cours de méditation ou encore l’apéro du vendredi soir qui manquaient à mes client(e)s pour se sentir bien au travail

C’est le plus souvent le respect et la reconnaissance !!

Ne faudrait-il pas revenir aux fondamentaux du management et des conditions de travail plutôt que de chercher des solutions à des problèmes que l’on a créés ?

(Re)mettre l’humain au centre de l’entreprise au lieu de mettre de la pommade là où il n’aurait jamais eu mal si les choses avaient été pensées autrement qu’en terme de rentabilité financière ?

De même, n’est-il pas totalement hypocrite et plus intéressant pour l’entreprise de proposer à ses salariés de pouvoir dîner sur place ou « d’imposer » l’apéro du vendredi soir afin de les garder au travail le plus tard possible ?

On est, pour moi, dans ces cas bien loin de la QVT mais plus près de l’esclavage moderne, bien maquillé sous un discours de modernité, et de bonnes conditions de travail…

Une jolie vitrine d’avantages sociaux peut se transformer en prison dorée difficile à quitter…si ce n’est en Burn out…

J’aimerais bien avoir votre avis sur le sujet ! Partagez avec moi votre point de vue…

Comments

  • Jean-Claude COMBALUZIER

    Je suis d’accord avec toi Hélène. Ce n’est pas parce qu’on met des baby foot dans une salle de repos et le café gratuit que les salariés n’ont pas la boule au ventre en allant travailler.
    Il faut donner du sens et revoir l’organisation de travail.
    Les managers doivent faire évoluer leur pratique.
    Voici 2 articles pour illustrer mon propos
    mazelieu.wordpress.com/2017/10/18/managers-comment-agir-sur-le-bien-etre-au-travail-de-vos-collaborateurs/
    mazelieu.wordpress.com/2016/10/20/le-bien-etre-au-travail/

  • Christine CEBRONe (required)

    Tellement juste ton article Hélène.
    La semaine dernière une cliente en panique avait 45 mn de retard à notre rdv ( bien que rdv fixé à 19h30 ) parce qu’une réuion s’erait eternisée jusqu’a 19h passé un vendredi soir.
    Alors en effet on peut mettre des pensements sur les plaies, mais elles continueront à s’infecter.
    Le monde est devenu fou !

  • Alexia

    Article intéressant, qui confirme que j’ai fait le choix qui me correspondait en me lançant dans l’entreprenariat !
    J’ai bossé en open space, j’avais régulièrement des migraines… Il y a une réelle remise en question à faire sur nos conditions de travail pour gagner en productivité.

  • Aurélie

    Bonjour Hélène
    Je ne sais pas à quel article tu fais référence….donc il est difficile de donner un avis sans en prendre connaissance et sans en connaitre le contexte
    L’article parle t il d’une stratégie « non réfléchie » ou bien donne t il juste des idées ?

    Ces outils peuvent peut être adaptés en fonction de l’entreprise et avec consultation des salariés au préalable….tout n’est pas blanc ou noir…

    Quant aux open space, ils peuvent être penser pour certaines équipes et modes de fonctionnement et aussi proposer des espaces fermés pour d’autres moments…

    Une stratégie QVT bien pensée doit être soutenue par la direction et doit être pensée en concertation avec les salariés pour connaitre les besoins et les attentes. J’ai vu des équipes demander à avoir des cours de nutrition pour optimiser leur forme, cela ne me choque pas… ils veulent simplement prendre soin d’eux…

    Je pense qu’il est difficile de juger de politique QVT d’une entreprise à une autre….un baby foot peut être tout à fait judicieux dans une entreprise mais pas dans une autre…
    Sans vue d’ensemble du contexte de l’entreprise, comment savoir si c’est bien ou non ?

    Bref, rien n’est parfait et tout doit être réfléchi… et toute action en QVT doit être pensée en transversal dans l’entreprise : communication, RH et vision d’entreprise donc management.
    C’est un travail dense et passionnant qui a d’excellents résultats si tous les collaborateurs sont partis prenants. La QVT est de la responsabilité collective et aussi individuelle

    Voilà pour mon humble avis.

    Belle et joyeuse journée
    Aurélie

  • Hélène THOMAS

    Merci de vos réponses.
    Jean-Claude, merci de tes partages qui complètent bien mon constat.
    Christine, certaines entreprises usent et abusent de leurs salariés…
    Alexia, oui, il y a du boulot pour améliorer les choses !
    Aurélie, il ne s’agissait pas d’un article mais d’un post d’une consultante en QVT et des ses propositions qui m’ont fait monter au plafond 😉 Je suis d’accord avec toi sur le fait que la QVT demande une vraie réflexion de fond et non pas des rafistolages…
    Je viens de trouver un article qui complète bien le mien !
    https://www.wort.lu/fr/economie/trop-de-managers-trop-de-reunions-l-entreprise-est-devenue-le-lieu-de-l-absurde-5c4eb26cda2cc1784e33c8bc?fbclid=IwAR1l9t1HctpcBlW2ngvI7bAXqb0kBMnu45-WdS345ROlzbmX2zf-izDY5nQ

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *