La légitimité, une question de diplômes ?

La légitimité, une question de diplômes ?

La légitimité ne dépend t’elle que des diplômes ?

Lors d’un échange avec une autre entrepreneure sur la nécessité d’être certifiée dans certains métiers pour être reconnue, je me suis posé cette question : A quoi tient la légitimité ?

En France, nous sommes attachés aux diplômes. Nos facultés font la fierté du système scolaire français et la première chose que l’on demande à quelqu’un pour le recruter c’est s’il a le bon diplôme. On pourrait penser que le monde de l’entrepreneuriat, monde de liberté, est différent. Souvent quand on créé c’est aussi pour sortir d’un système où les valeurs ne nous correspondent plus. Où l’on veut pouvoir être libre de certaines règles.
Mais ce n’est pas si simple ! On ne se débarrasse pas si facilement d’habitudes sociétales.

Pour moi, la légitimité se construit et doit venir des clients plus que d’un diplôme ou d’une certification.
Bien entendu les connaissances doivent être acquises d’une façon ou d’une autre, mais n’y a-t-il qu’une bonne façon de les obtenir, celle d’écouter un « maître » ?
Il y a des personnes qui ont une autre faculté d’apprentissage que celle scolaire. Elles observent, analysent, cherchent, comparent, expérimentent. Leurs compétences ainsi acquises ont-elles moins de valeur ?

Lorsque j’ai posé cette question dans ma communauté « Entrepreneures Rebelles et Heureuses », voici quelques réponses que j’ai recueillies :
– « Les certifications enferment dans une pratique, c’est souvent trop cadrant. Il suffit de dire « Je suis certifié » pour exercer, là où des personnes sans diplôme peuvent avoir bien plus de talent »
– En France, diplôme rime avec légitimité et réussite professionnelle. Et sans diplôme, malgré mon expérience, j’ai du mal à me sentir légitime ».
– Comment rentrer dans une seule case légitime quand on mélange divers pratiques pour créer un accompagnement innovant ? »
– « La légitimité nous la faisons par notre capacité, nos talents, nos acquis, nos recherches, notre soif d’apprendre, notre sérieux ».

Nous avons l’habitude, en France, d’attribuer la légitimité par la législation.
Beaucoup de professions nécessitent un diplôme et l’usage de certains termes leurs sont réservés. C’est le cas du massage et du kinésithérapeute par exemple. Et pour garder le même schéma, quand il n’y a pas de loi et de réglementation ce sont les professionnels eux-mêmes qui se regroupent et s’organisent pour défendre leur droit d’exercer en créant des certifications. Mais nous connaissons tous des coachs certifiés déplorables pour ne pas dire « dangereux » et des coachs autodidactes qui font des merveilles en ayant compilé et sublimé la substantifique moelle de divers méthodes et outils.

« La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information » disait Albert Einstein

Et vous, qu’est-ce qui vous fait sentir légitime ?

Si vous souhaitez échanger sur ce sujet ou sur une autre vous permettant de vous sentir plus à votre place professionnellement, n’hésitez pas à me contacter : www.lnrj.fr

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *