Décider de devenir entrepreneure, c’est s’autoriser à être libre.

Décider de devenir entrepreneure, c’est s’autoriser à être libre.

Mais nous n’avons pas été habituées à cette liberté. Pas habituées à TOUT choisir.

Cette liberté n’est pas du tout évidente à saisir quand on sort du salariat.

On n’imagine pas qu’elle est le seul moyen de développer SON entreprise.

L’entreprise qui nous ressemble, celle de nos rêves, celle qui nous va comme un gant.

La seule que l’on va savoir développer. La seule que l’on va savoir faire durer.

Mais c’est quoi cette liberté ?

C’est tout d’abord choisir ses clients.

C’est décider qui on a envie d’aider, à qui on veut apporter quelque chose, qui on veut rendre heureux, …

Parce que quand on crée à partir d’une passion, de quelque chose qui a beaucoup de sens pour nous, de quelque chose qui nous tient à cœur, on a le droit de choisir avec qui on a le plus d’appétence à travailler.

Je dirais même qu’on doit faire ce choix.

Nous sommes libre de rechercher le plus de plaisir et satisfaction dans notre quotidien professionnel.

Et choisir ses clients en fait partie. De plus, travailler avec des personnes que l’on a choisi, qui partagent nos valeurs, nous rend plus efficace.

C’est ensuite choisir ce qu’on va vendre au milieu de tout ce qu’on sait faire.

  • C’est ne pas se laisser influencer par son entourage et tous les bons conseillers qui souvent veulent bien faire mais nous fatiguent plutôt qu’autre chose.
  • C’est s’autoriser à développer des produits ou services qui nous plaisent. Que l’on a plaisir à réaliser.
  • C’est s’autoriser à développer les choses facilement parce qu’on utilise nos talents pour le faire.

C’est aussi choisir SA façon de rentrer en contact avec ses clients.

  • C’est choisir les outils et techniques de marketing, qui respectent vos valeurs et sont en accord avec votre personnalité.
  • C’est ne pas se laisser influencer par le dernier livre à la mode ou la parole insistante d’un gourou.
  • C’est être authentique et s’autoriser à montrer qui l’on est, ses convictions.
  • C’est oser prendre position.

Cette liberté peut faire peur et être enivrante au moment de la création. Car tout devient possible et les obligations « cadrantes » du salariat n’existent plus.

Le danger est de ne pas s’en saisir et de se conformer aux multiples injonctions, conseils inadaptés qu’on ne manque pas de croiser dans cette aventure entrepreneuriale.

Je vous souhaite toute la liberté du monde !

Et si vous ressentez un peu de peur face à tous ces possibles, je suis à votre disposition pour vous accompagner vers plus de clarté.

Comments

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *