Coaching ou Thérapie ?

Coaching ou Thérapie ?

J’entends souvent la question : Quelle est la différence entre le coaching et la thérapie ?

Est-ce qu’il vaut mieux faire l’un ou l’autre ?

Ma définition de la thérapie est qu’elle nous apprend à nous connaitre et à nous accepter. Pour le coaching, je pense qu’il nous aide à résoudre des problématiques en nous amenant à trouver la solution par nous-même.
Pour mon expérience personnelle, je dirais thérapie puis coaching.

La différence que je fais entre les deux c’est que la thérapie fait travailler sur l’origine des névroses. Donc on re-parcours l’enfance et ses divers traumatismes et cela nous permet de connaitre l’origine de notre personnalité, de nos croyances, de tout ce qu’on a mis en place comme défenses, l’origine de nos valeurs…etc. Et cela nous met dans la démarche intellectuelle d’introspection, d’analyse de regard vers ce qui s’est passé, comment on l’a vécu et ce que ça a pu provoquer chez nous.

Après je dirais coaching parce qu’une fois qu’on a fait la thérapie, qu’on se connait, même si on ne se connait jamais vraiment complètement, qu’on a identifié les principaux traits de personnalité et le pourquoi on ne peut plus rien y faire, la thérapie nous a permis d’accepter ce pourquoi. Pourquoi nos parents ci, pourquoi on est comme ça, pourquoi ci, pourquoi ça.
Le coaching va être plus : qu’est-ce qu’on fait maintenant et qu’est-ce qu’on en fait pour demain.

Donc le coaching c’est aujourd’hui versus demain. C’est-à-dire j’ai une problématique aujourd’hui, je sais qu’elle va puiser son origine dans ce que j’ai découvert en thérapie mais je ne veux pas reproduire les mêmes choses et je vais travailler sur « qu’est-ce que je sais de moi et qu’est-ce que j’en fais pour arriver à résoudre cette problématique et pour arriver à atteindre mon objectif.»
Donc c’est là qu’intervient le demain parce que l’objectif il est plutôt sur demain que sur aujourd’hui.

Voilà ma vision des choses. Moi qui suis coach et qui ai fait les deux thérapies avec deux personnes différentes, ce que j’ai trouvé fort utile parce qu’on a des visions différentes, des angles différents.

Dans mes accompagnements, mes plus belles réussites sont avec des personnes qui sont en thérapie ou qui ont déjà fait une thérapie, donc qui ont cette démarche intellectuelle de : « Voilà ce qui se passe, voilà comment je réagi, j’analyse d’où ça vient, qu’est-ce que je peux faire pour m’améliorer ».
Et l’idée aussi qu’on s’éloigne de « c’est ma faute, c’est ma très grande faute », c’est la faute des parents aussi. Parce que ce n’est la faute de personne. Chacun fait ce qu’il peut donc l’idée est : j’essaie de m’améliorer mais en même temps je n’ai pas pour objectif de devenir quelqu’un de complètement différent parce que c’est un vœu pieux et puis est-ce bien utile ? C’est plutôt qu’est-ce que je fais avec ce que j’ai et ce que je suis ?
Donc les personnes qui ont déjà cette démarche vont beaucoup plus vite en coaching ou bilan parce qu’elles font tout de suite le lien « ah oui je fonctionne comme ça donc c’est ça qui me provoque telle ou telle réaction, telle ou telle situation donc maintenant que je le sais, je peux agir dessus et je peux, au moment où elle se produit, mettre en place des comportements et réactions différentes pour obtenir un résultat différent.

Donc pour moi la bataille thérapie ou coaching n’a pas lieu d’être. Je pense que les deux ont leur utilité suivant la période où on en est, suivant la problématique et qu’elles se complètent totalement.

Je ne suis pas thérapeute, seulement coach en gestion de carrière ! Alors si vous avez envie de travailler votre projet professionnel, qu’il soit dans le salariat ou l’entrepreneuriat, je peux certainement vous aider. N’hésitez pas à me contacter.

Comments

  • Samya

    Excellente explication, merci pour ton article – il n’est jamais évident de faire saisir la différence, ce support va m’aider à mieux en parler!
    Bonne journée Hélène!
    Samya

  • Georges

    Oui Hélène, je partage le fait qu’:
    – qu’il est bon de savoir par quoi nous sommes déterminés, je n’appelle pas ça de la thérapie, juste de la conscience. La thérapie intervient là où mon travail de coach s’arrête: la limite entre névrose  »ordinaire au sens freudien » et pathologie.
    – que l’essentiel du travail consiste ensuite à faire le tri,  »devenir adulte »se libérer de ce qui n’est plus utile pour pouvoir être déterminé à…faire, être…
    – que la bataille thérapie ou coaching n’a pas lieu d’être.
    Bonne journée

  • Florence

    C’est très clair et la bataille n’existe pas : on n’utilise pas tous les mêmes outils pour avancer.

    C’est exactement ce chemin que je suis, sauf que je fais les 2 en même temps …
    Mes 2 démarches s’alimentent par les questions qui viennent de chaque côté !
    J’en suis là : « qu’est-ce qu’on fait maintenant et qu’est-ce qu’on en fait pour demain » … très enrichissant 🙂

    Merci Hélène pour ton aide

    A bientôt …
    Florence

  • Laurie

    Bonjour Hélène,

    Je partage totalement ton point de vue et je trouve ton article très pertinent. Il explique bien la différence que je perçois également entre la thérapie et le coaching.

    Souvent, on dit que la thérapie s’intéresse au « pourquoi » et le coaching se concentre sur le « comment ». Comme tu le dis si bien, parfois il est intéressant de connaître ce fameux « pourquoi » et aller puiser au plus profond de soi pour apprendre à se connaître afin de mieux aller vers le « comment » et de trouver des solutions concrètes, des ressources pour avancer vers ses objectifs.

    Belle journée à toi et à bientôt !!! 🙂

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *