Mes copines sont mes clientes, mes clientes sont mes copines, une relation commerciale à éviter ?

Mes copines sont mes clientes, mes clientes sont mes copines, une relation commerciale à éviter ?

Mes copines sont mes clientes, mes clientes sont mes copines, et alors !

J’ai des expertises dont tout le monde peut avoir besoin au moins une fois dans sa vie.

Si une personne ne se sent plus à sa place dans son job, si une autre a besoin de conseils pour l’orientation de son adolescent(e) ou encore si une troisième songe à créer une entreprise, je peux l’aider.

J’ai la chance d’avoir une longue expérience de vie, d’avoir vécu de multiples situations personnelles et professionnelles et d’être une curieuse perpétuelle, voulant comprendre les choses avant de les mettre en œuvre.

Je possède donc des savoirs et savoir-faire en coaching, techniques de recherche d’emploi et entrepreneuriat.

Il est donc logique que mes premières clientes aient été des personnes de mon entourage.

La confiance était déjà établie.

Les premiers clients, quelque soit le secteur d’activité, sont d’ailleurs souvent des personnes que l’on connait, avec qui on a déjà établi une relation.

La chose importante est de savoir prendre la posture du professionnel et de positionner cette relation professionnelle en dehors de la personnelle.

Lors des séances, c’est un savant équilibre à trouver pour aborder les deux sujets sans tomber dans une discussion « entre copines ». Mes outils sont là pour m’aider et ramener régulièrement dans le cadre.

Il m’arrive, à l’inverse, d’être surprise en « flagrant délit » de coaching lors de réunions amicales 😉.

Difficile de se défaire de ses réflexes de questionnement !

 

Puis j’ai eu des clientes qui arrivaient jusqu’à moi de différentes façons.

Beaucoup de recommandations, certaines par mes habilitations sur les listes des financeurs et d’autres enfin grâce à mes différents outils de communication.

La partie principale de mon métier consiste à aider l’autre à se connaitre, à découvrir comment il fonctionne, ce dont il a besoin, ce qui le fait avancer…etc pour ensuite choisir et construire le projet pro qui lui convient.

Les exercices et les échanges portent donc sur des choses personnelles et en amenant l’autre à se connaitre, j’apprends à me connaitre un peu plus aussi.

Et cela crée du lien.

Mes clientes sont amenées à partager des choses personnelles et intimes avec moi.

La relation qui s’instaure est basée sur la confiance et l’échange.

Et c’est ainsi que des liens d’amitié peuvent naitre. Des liens plus ou moins profonds mais qui aboutissent souvent à des relations hors champ professionnel.

 

Je me suis interrogée sur cette situation au début. Mais je l’ai rapidement exclue du champ des problèmes.

Je ne suis pas psy et n’ai donc pas l’obligation de garder une distance indispensable (ou du moins jugée comme telle) à ma pratique.

Je ne m’interdis donc pas de coacher mes copines ni de devenir copine avec mes clientes. Je fais ce métier pour l’humain et s’il me permet de faire entrer dans ma vie et d’entrer dans la vie de personnes merveilleuses, je ne vois pas pourquoi je m’en priverais 😉.

 

Et vous, comment gérez-vous la situation si vous y êtes confrontée ?

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *