Quand la chanson s’invite dans la création d’entreprise

Quand la chanson s’invite dans la création d’entreprise

Cette semaine j’ai animé un atelier avec une dizaine d’entrepreneures sur le thème : « 5 clés pour réussir sa création d’entreprise ».


Et parmi les différentes choses que j’ai partagées avec elles, deux au moins m’ont fait penser à une chanson de France Gall (oui, chacun ses références et sa génération 😉).

 

Effectivement, la création d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille (tout comme le salariat ou la vie en général d’ailleurs !). Le chemin est semé d’embuches et le doute habite régulièrement tout entrepreneur normalement constitué et quel que soit son « ancienneté » dans le métier.

On peut dire que « résiste » va être le leitmotiv permanent.

Résister aux aléas environnementaux, changements de lois, de réglementation.

Apparition d’obligations diverses toutes contraignantes et plus ou moins couteuses.

Résister aux baisses de CA, aux offres qui ne se vendent pas, aux « disparitions » inexpliquées de clients, de demandes, aux impayés…

Résister aux chants des sirènes qui ont un tas de recettes à vendre, une liste infinie de « il faut », « tu dois », sous peine de ne jamais réussir.

Prouve que tu existes est la base du business. D’une façon ou d’une autre, par le marketing, la communication ou le commercial, il faut montrer qui l’on est et ce qu’on a à vendre.

Il faut démontrer sa valeur ajoutée, il faut exprimer son message, il faut transmettre son savoir.

 

J’ai cité celle-là quand je parlais d’« enfiler le costume d’entrepreneure » au plus tôt. Et parmi les différentes façons d’enfiler ce costume, il y a parler de son projet.

En parler le plus possible pour trouver les mots, pour s’entendre en parler et découvrir la motivation qu’on y met.

Mais aussi pour avoir des retours des personnes sur notre idée, nos produits/services.

Cela permet également de se créer une identité autour de son projet et donne l’opportunité de recevoir des idées complémentaires aux nôtres.

Le début de cette chanson rejoint la première : « On avait tout préparer et le hasard est venu tout déranger ». C’est là qu’intervient la résistance.

Cette résistance va être fondée sur votre foi en votre projet. C’est-à-dire la mission que vous souhaitez réaliser par l’intermédiaire de votre entreprise et qui vous permet de régulièrement savoir « pourquoi vous êtes là et faites les choses ». Mais aussi la vision que vous avez sur le devenir de votre entreprise. Ce à quoi vous voulez qu’elle ressemble dans quelques années, ce que vous voulez qu’elle vous apporte et satisfasse chez vous.

 

Vous aurez compris que je suis fan de France Gall (qui a bercé mon adolescence), enfin surtout des paroles de Michel Berger 😉.

Et vous, quelles chansons pouvez-vous associer à l’entrepreneuriat ?

Add your comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *